traduction simultanée

Dis-moi comment tu traduis, je te dirai comment tu écris

Traducteur-interprète de formation et surtout passeur dans l’âme.

Je pense avoir toujours eu envie de transmettre, de passer d’un monde à l’autre, d’un mot à l’autre. Cela s’est concrétisé dans un premier temps par un goût précoce pour les langues vivantes, l’anglais en particulier, et cette envie féroce de comprendre les paroles des chansons qui passaient à la radio. Mes toutes premières traductions étaient celles des paroles écrites par Kurt Cobain pour la chanson Smells like Teen Spirit !

Premier souvenir de traduction de Cyril Belange

Depuis, je me suis aguerri et après avoir étudié l’anglais et la littérature comparée à l’université Stendhal de Grenoble j’ai enchaîné sur le programme ERASMUS avec un séjour d’une année universitaire à Brighton, University of Sussex, pour parfaire mon accent, mes talents de traducteur et mes connaissances en littérature anglaise. En bonus, j’ai eu la chance de suivre un cursus de relations internationales. Le système universitaire anglais permettant d’élargir mon champ de compétences, ce qui contribua à mon succès aux concours d’entrée des écoles de traduction à mon retour du Royaume-Uni.

En 1998, j’intégrais l’ITIRI, Institut de Traducteurs et Interprètes de Strasbourg où j’appris véritablement mon métier.

Ce fut aussi l’occasion idéale de me spécialiser en traduction audiovisuelle avec à la clé plusieurs stages à Paris pour le compte de TITRA FILM et de ses filiales câble/vidéo. Ce fut l’apprentissage de la concision, de la synthèse. En parallèle je m’initiais à l’interprétation simultanée et consécutive au sein de mon école et lors de missions pour des instituts d’étude de marché parisiens.

Cyril Belange, traducteur et auteur prêt à se lancer dans l'édition

Immédiatement, je fus séduit par la beauté et la dangerosité de l’exercice. Comment passer d’un message à un autre, sans faillir, comment lancer la phrase traduite alors que celle énoncée par l’intervenant n’est pas encore achevée… tout un programme ! Et un programme technique pas franchement libre pour filer la métaphore. Ce tout premier essai fut transformé grâce à la bienveillance de mon client, une Market Research Manager anglaise et son hôte parisien fournissant la logistique des salles de réunion dédiées aux focus groups. Je notais au passage la débauche d’énergie provoquée par ces acrobaties linguistiques et le besoin impérieux de se reposer entre chaque séance. Même prévenu, je sortis lessivé de cette première épreuve. Avec le temps, on gère mieux cet aspect du métier fort heureusement.

Depuis, j’ai multiplié les expériences de traduction écrite.

de Paris à Genève en passant par Londres pour arriver enfin à Nice où j’exerce aujourd’hui. Au cours des années 2000, j’ai également l’art du sous-titrage à Genève où j’ai eu le plaisir d’adapter The Punisher, Hellboy ou encore I, Robot pour le public francophone de Suisse romande. Un exercice parfois tout aussi redoutable que l’interprétation simultanée en raison des terribles contraintes techniques !

J’ai mis l’accent sur l’interprétation depuis mon installation à Nice voici 7 ans mettant ainsi à profit mon savoir-faire dans le secteur du marketing et des études de marché. Le fait de cotoyer au quotidien les analystes et Market Research Managers m’a permis d’assurer de bonnes prestations en live derrière la glace sans tain lors des focus groups.

La région PACA n’étant pas avare en événements professionnels, cela m’a donné l’occasion d’interpréter pour des conférences sur le développement durable, l’architecture ou le design dans les centres de conférences de Sophia-Antipolis. Par la suite, j’ai eu la chance de joindre l’utile à l’agréable en re

  • Your Title Here





joignant l’équipe de la Semaine de la Critique dans le cadre du Festival de Cannes afin d’interpréter pour les équipes de films lors des échanges avec le public. Lors de ces deux années magnifiques, j’ai même eu l’occasion de mettre à profit mes connaissances en espagnol pour le compte d’Alejandro Fadel, réalisateur argentin du long métrage Los salvajes en compétition à la Semaine de la critique 2012.

Pour avoir vent des nouveaux articles, merci d’indiquer vos coordonnées ci-dessous :






7 réflexions sur “ Dis-moi comment tu traduis, je te dirai comment tu écris ”

  1. Lara, merci pour votre commentaire. Les marchés professionnels sont toujours difficiles à négocier ah ah ! Heureusement, qu’il y a les soirées open bar pour se détendre un peu 🙂

  2. Bonjour,
    une belle carriére, amusant la description Marché, j’est participée a plus des 45 Marchés dans 15 ans. Je parle 4 langues (français, anglais, alemand, et espanol) mais je suis auteur de cinéma et productrice; En fait je me suis aperçue que toute le monde profite de mes competences, pour les avoir gratuitement.
    Et pusique on est en Belgique ils font aussi la « geuel », on me discrimant sur l’effet que les producteurs néerlandophones ont le droit d’acceder aux fonds VAF parce que ils sot né en Flandres, et notre film, pourtant a tourner aussi en Flandre est un peu bloqué.

  3. Comment te répondre maintenant… un grand merci d’abord ! Le rêve est à portée de main. As-tu pensé à commencer avec les nouvelles de Stephen King, puis passer à celles de Paul Auster et ensuite encore, des romans noirs comme ceux de Michael Connelly, plus accessibles que Hemingway par exemple. Brick by Brick my friend !

  4. Ah ! Tu me fais rêver ! Ça fait des années que je caresse le projet d’apprendre l’anglais, notamment pour lire la littérature américaine dans le texte, comprendre les chansons anglophones et voyager plus facilement. Et tu l’as fait ! Un genou à terre

    Gilles

  5. Article fort sympathique, une lecture agréable. Ce blog est vraiment pas mal, et les sujets présents plutôt bons dans l’ensemble, bravo ! Virginie Brossard LETUDIANT.FR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

【オンライン限定商品】,優先配送;【現品限り一斉値下げ!】 【中古】……『2年保証』、★日本の職人技★。【正規品】!大特価!!?【在庫あり/即出荷可】,【史上最も激安】;